Atelier de Gravure, Genève Atelier ouvert de gravure, Genève Tirages de gravure, Genève Evénements de gravure Liens Gravure Contactez l'Atelier Genevois de Gravure
      PHOTOGRAVURE, PRESENTATION

STAGE ET COURS DE FOTOGRABADO NON-TOXIQUE

OU MOINS TOXIQUE!


Un peu d'histoire...
Au début du siècle XIX, la héliogravure, ( Helios: soleil, graphos: écriture) est née de la main de Joseph Nicéphore Nièpce.
Nièpce était obsédé pour trouver une manière de reproduire des photographies imprimées. Ainsi, il s'est mis dans un processus d'investigation, tout prêt de l'alchimie, où l'Asphalte, le Cristal, le Bitume, l'Huile de Lavande, la Térébenthine, ont fait parti du processus révélateur d'image tout en comptant avec les rayons du soleil.
Nièpce d'esprit inventive a trouvé très peu de temps après, la manière de passer sur des plaques des images photographiques. Ainsi en 1826, il fait la gravure du Cardinal D'Amboise donnant naissance à la première version de la Photogravure.



Figure 1, Joseph Nicéphore Niépce, Cardinal d´Amboise

Impression de la plaque héliographique de peltre.

Plaque fait en 1826, y imprimée en Février 1827 Gernsheim Collection, Humanities Research Center, Université de Texas.

History & working guide to early photographic processes, W. Crawford.

 

Il est arrivé à reproduire mécaniquement des photos mais sans l'obtention des échelles tonales.
Jusqu’a à sa disparition subite en 1833, Nièpce à travaillé pour améliorer et matricer la technique crée par lui, l'héliogravure, la mère de la photogravure.
A son tour, William Henry Fox Talbot (créateur du Talbotype, la base de la photographie argentique), expérimentait avec les chlorures d'argent, en laissant un legs pour le système photographique moderne, celui d'avoir la possibilité d'obtenir des négatifs à partir d'une caméra et de les imprimer en photographie.
Fox Talbot, avait fait des études approfondies sur les possibilités du bichromate de potassium. Grace a ces expériences avec celui-ci et la gélatine, il développée un émulsion qui changeait au respect de la quantité de lumière projetée et ainsi et à l'aide d'une simple gaze, il a pu obtenir de demie teintes. Demie teintes qu'ont était perfectionnées à l'aide de l'aquatinte, en donnant vie à la "photogravure de Henry fox", le fait d'intégrer la photographie en intaglio.

 

Figure 2

William Henry Fox Talbot (English, 1800-1877). "Still Life".Original photogravure. c1840s?. Printed later from the original photograph.

Fine condition. Image size: 7 1/16 x 8 5/8 in. (179 x 219 mm).

Overall size: 11 13/16 x 15 1/2 in. (300 x 394 mm)

 

Les grandes difficultés techniques de l'époque n'ont pas encouragé à beaucoup d'artistes. Mais les graveurs obstinés sont arrivés, dans ce siècle, à trouver la manière de distribuer des images en masse. Tout cela grâce au progrès dans la stabilisation de l'image et à la possibilité de la reproduire mécaniquement.

La rotogravure débutait avec le 20ème siècle Karl Klic a eu l'idée de graver des rouleaux avec l'acide pour l'impression en rotative, mais l'offset, est devenu plus rapidement protagoniste dans le monde de l'impression en masse.
le 20ème siècle a connu le splendeur des images obtenues et reproduites avec la photogravure, des estampes d'une beauté tonale qui ont servie à des artistes tels que Robert Demachy, J Steichen et Alfred Stieglitz entre autres.
La technique de la photogravure va connaître un nouveau réveil dans les années 70's avec l'esthétique du moment, ainsi des artistes comme Andy Warhol, Judy Chicago, el directeur Jhon waters entre autres, développaient ses travaux à l'aide de la technique de photogravure en créant de "pièces précieuses".

 


Figure 3
Drunk
1998 
John Waters Couleur Photogravure
11 1/4" x 20" 
Edition of 40

 

Parallèlement, se réveillaient les préoccupations des graveurs par rapport à leur santé. Les artistes graveurs ont travaillé pendant des siècles avec des substances nocives que leur rendait la vie courte.
Ainsi, depuis la fin des années 70's, plusieurs artistes graveurs, ont commencé à substituer les éléments traditionnelles par des éléments moins nocives pour eux et pour l'environnement...un nouveau champ d'investigation était ouvert.
En 1993, le professeur Mark Zaffron affecté en sa propre santé par les processus de gravure, a pris la détermination de trouver des matériels alternatifs pour remplacer les plus toxiques tels que les émulsions chimiques, l'acide nitrique, les dissolvants, les vernies etc.
A son projet se sont adjoints des autres artistes graveurs touchés et préoccupés par la toxicité auquel ils étaient et sont encore confrontés.
Dans son investigation Mark Zaffron, découvre le film photopolymère, (film photosensible utilisait principalement, pour l'industrie des circuits électroniques). Il se en servie de ce film dans la photogravure et cela, lui a permis de faire tout le processus sans l'utilisation de l'acide et avec un résultat tout à fait optimale.
Ainsi, la photogravure avec des films Photopolymères est maintenant à la tête des avancements faits dans la production d'images non toxiques au « moins toxiques ».

L'investigation pour rendre le procède moins toxique continue depuis plusieurs horizons et a ce intérêt se joint l'atelier GGRAVE avec son cours de photogravure no toxique au « moins toxique ».
Le cours est donné par Avezsa artiste dédié les quatre dernières années à cette démarche d’investigation.

 

 


Cours photogravure - procédé sans morsure, non-toxique avec film photopolymère

en savoir +

 

Contenu du cours

- Présentation de divers 

  matériaux et des procédés pour

  travailler en photogravure.

  

- Les films photopolymères, DK3,

  PURECTH, IMAGON.

- L’Émulsion photopolymère

- Procédé sans morsure et avec  

  morsure. Différences.

- Les supports, cuivre, zinc,

  aluminium, bois, divers.

- Avantages et limites technique.

 - Types d’images
   pour la photogravure

- Images noire et blanc, images 

  en tons continu et images en

  demi-teinte

- Lamination des plaques avec le

  film photopolymère DK3

- Élaboration des positifs,

    - Positifs analogiques

    - Positifs numériques.

- Insolation  à la lumière UV

   - Lumière ponctuel et diffuse.

   - lumière et films photopoly.

- Développement des plaques.

  Le révélateur.

- Consolidation de l’image 

  gravée.

- L’Impression.

  Impression en monochrome et

  variantes, avec encres à l’eau.